Côté Santé

ADOLESCENCE « JE SUIS FATIGUÉ »

Est-il normal qu’un ado se plaigne régulièrement de manquer d’énergie ? Des médecins suggèrent des pistes pour voir plus clair dans ce symptôme flou.

Invoquer la fatigue est, aux yeux de certains ados, un argument massue. Qu’on leur propose un tour de vélo ou simplement de s’extirper du canapé, ceux-là ont une réplique toute trouvée : « Je suis fatigué. » Et si on leur demande de l’aide pour les tâches ménagères, c’est pire : ils sont « très » fatigués ! Est-il possible de manquer d’énergie à ce point à 12, 14 ou 16 ans ? S’agit-il d’une ruse peu subtile ou d’un problème de santé réel ?

Qu’un ado se plaigne de fatigue n’a rien d’exceptionnel, selon Richard Bélanger, pédiatre spécialiste des adolescents au CHU de Québec. « Un peu moins d’un jeune sur deux se décrit comme fatigué selon les études, dit-il. Quand on parle de fatigue significative, qui est soit prolongée dans le temps – plusieurs mois –, soit associée à de l’incapacité, les chiffres baissent : on est en bas de 10 %. »

Ce n’est pas un symptôme à prendre à la légère pour autant. « Il ne faut pas tenir pour acquis [qu’un ado fatigué,] c’est correct, estime en effet la Dre Kateri Champagne, pneumologue et épidémiologiste aussi formée en médecine du sommeil. Si on constate une discordance avec les pairs, il faut creuser. »

« Est-ce qu’il peut y avoir une cause médicale ? Oui, dit aussi le Dr Alex Desautels, du Centre d’études avancées en médecine du sommeil. Quand est-ce que la fatigue devient un symptôme médical ? Quand il y a une atteinte fonctionnelle. » Avant de spéculer ou même de sauter aux conclusions, les parents doivent d’abord observer si cette fatigue a un impact sur les activités sociales et le rendement scolaire de leur ado.

« Les professionnels de la santé n’abordent jamais un adolescent fatigué avec la notion que cette plainte-là n’est pas véridique, sinon on ne fait pas notre travail. »

— Richard Bélanger, pédiatre spécialiste des adolescents

Autre aspect à vérifier : le temps de sommeil. Selon l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, un enfant a besoin de dormir entre 9 et 11 heures par nuit, en moyenne, jusqu’à 13 ans, puis entre 8 et 10 heures de 14 à 17 ans. Il est aussi important d’évaluer l’utilisation des appareils électroniques et des nouveaux médias en soirée, puisqu’ils touchent de manière grandissante la quantité de sommeil des ados et sa qualité, souligne le Dr Olivier Jamoulle, du CHU Saint-Justine, dans un document datant de l’automne 2017.

DES CAUSES MULTIPLES

Une fois qu’il est établi que le sommeil de l’adolescent est adéquat, il est temps d’enquêter un peu plus. La fatigue, du point de vue médical, peut être le signe d’une foule de choses : hypothyroïdie, anémie, maladie inflammatoire (maladie cœliaque), infections (mononucléose, notamment), leucémie, etc. « Ça prend un bilan de base », résume la psychiatre Johanne Renaud.

Les adolescents de sont pas à l’abri de l’apnée du sommeil, fait valoir Alex Desautels, qui rappelle également que la narcolepsie – maladie qui provoque une irrépressible envie de dormir, peu importe l’heure ou l’endroit – se déclare souvent à l’adolescence. Le médecin de famille ou le pédiatre sera en mesure d’effectuer un bilan physique complet. S’il ne trouve rien, la fatigue est peut-être d’origine psychologique.

Le stress, l’anxiété et les troubles alimentaires peuvent se traduire par une grande fatigue, dit la Dre Kateri Champagne. La dépression aussi, souligne Johanne Renaud. « La fatigue peut être un indicateur [de dépression], convient Alex Desautels. En général, ça vient avec d’autres symptômes : isolement, tristesse, ruminations, accès de colère… »

« Un ado est censé avoir de l’entrain. Un enfant est censé avoir envie d’aller jouer dehors », résume la psychiatre Johanne Renaud. Comme ses autres collègues médecins, elle plaide pour l’activité physique et le maintien d’un climat social et familial sain. « L’activité physique est un anxiolytique, un antidépresseur. Elle fatigue physiquement, mais revigore psychologiquement et physiologiquement, dit Kateri Champagne. Ça aide à mieux dormir. L’activité physique devrait être pratiquée tous les jours. »

DIVERS FACTEURS
En décalage horaire

Le cycle de sommeil des ados est décalé par rapport à celui des enfants et des adultes. Sans que ce soit une règle absolue, ils se coucheraient plus volontiers vers 22 h 30 ou 23 h et se lèveraient vers 8 h, ce qui entre en conflit avec l’horaire de bien des écoles secondaires. Alex Desautels précise que « toutes les études démontrent que les élèves ont plus d’entrain, sont moins fatigués, ont de meilleures notes et ont plus d’attention dans les écoles où les cours commencent plus tard ».

Parler de consommation

« Je rencontre beaucoup de jeunes qui ont des problèmes avec les substances qu’ils utilisent », dit le Dr Bélanger. Il y a des jeunes qui essaient de prendre en charge leur fatigue soit en utilisant des stimulants, soit en faisant usage de cannabis pour favoriser le sommeil. « Il ne faut pas hésiter à aborder la question des substances soit comme façon de prendre en charge la fatigue par les jeunes, soit comme cause de la fatigue », dit le médecin.

Gare à la mélatonine

La Dre Kateri Champagne met en garde les parents tentés de donner des comprimés de mélatonine à leur enfant pour réguler leur sommeil. « C’est une hormone, ça cause des pubertés précoces, ça ne devrait pas être en vente libre, dit-elle. Les doses sont de 500 à 1000 fois ce que le cerveau sécréterait et on ne connaît pas l’innocuité [de ce produit] à long terme. »

Horaire trop chargé

Un ado fatigué est peut-être simplement trop occupé. « Certains ados ont des horaires plus lourds que le mien ou le vôtre », souligne le Dr Bélanger. Il a eu connaissance de professeurs qui, dès le primaire, doivent faire des interventions auprès des parents pour réduire les activités d’enfants qui sont juste « brûlés » en cette fin d’année scolaire.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

Toutes les nouvelles

Ça respire la bonne nouvelle!
ResMed ajoute un nouveau masque à sa gamme, le AirFit N30i, disponible au Canada dès aujourd’hui, le...
La simplicité combinée à une performance remarquable.
Voici l’AirFit™ F30 de ResMed – notre masque facial à contact minime qui surpasse le masque facial R...
ADOLESCENCE « JE SUIS FATIGUÉ »
Est-il normal qu’un ado se plaigne régulièrement de manquer d’énergie ? Des médecins suggèrent des p...
Réseau des gens d'affaires des Hautes-Laurentides RGAHL
Quand on s'unit, on peut faire de grandes choses, en voici la preuve! Plus de 20 000$ remis à la Pas...
Congrès 2018 des Services de Première Ligne
Côté Santé est fière d’avoir participé au Congrès 2018 des Services de Première Ligne qui avait lieu...
Une 7e clinique pour mieux vous servir !
Côté Santé débute la nouvelle année avec sept cliniques. Déjà bien établie en Outaouais avec trois c...
Nous offrons maintenant le service de kinésiologie
Côté Santé ajoute la Kinésiologie à ses services, depuis peux nous offrons ce service à nos clinique...
Premier laboratoire complet d'analyse des troubles du sommeil à Saint-Eustache !
Nous sommes très fiers d’avoir un laboratoire conforme qui nous permet de diagnostiquer tous les tr...

Info